Sans titre, 1998

Gérard Sendrey

Dessin en couleur

Feutre et crayon sur papier

Signé et daté

Catégorie :

Description

Il est fait d’ondes et d’enchevêtrements de forces. Il marche sur l’herbe comme le colporteur des désirs. À ses semelles vibrent encore d’étranges échos du chaos primordial. Si vous approchez Gérard Sendrey d’un peu près et s’il accepte cette approche, vous verrez que je dis vrai ! Enfant, sa maison n’était pas sa maison, mais la Rue ! Les rues canailles avec leurs trous malodorants, leurs crocs-en-jambe, leurs bas résille et les fissures secrètes de leurs murs. Depuis lors, par bonds déroutants, Gérard trace, creuse, révèle, brouille pistes et chemins, toujours en alerte, toujours dans la mêlée, toujours hors de portée, jamais dupe, toujours percé. « … déjà, lors de mes vies antérieures, j’allais nu, sans cuirasse aucune, au-devant des folies » écrit-il dans un beau poème. Depuis l’adolescence, en filigrane, une nuit sans pitié, pas à pas, l’accompagne. Je ne la raconterai pas mais elle est peut-être à l’origine de cet état de réceptivité proche de la vacuité d’où jaillit l’acte créateur intercepteur des instants-diamants du Temps qui fonce. Parmi les dons que lui octroya la nature, c’est de la peinture qu’il fit sa maîtresse.
Pourtant, les fées sur son berceau ne furent point avares ! Pêle-mêle, elles y déposèrent la musique, le chant, le dessin, la poésie, les sciences… et l’esprit de contestation. Depuis lors, cette peinture ferrade tous ceux qui l’approchent. Obsessionnelle, elle les ramène aux matins primitifs de l’innocence, là où les hybrides cocasses et inquiétants clament la réconciliation universelle. La prescience d’une bouleversante
parousie étoile leurs regards redoutables.

– Extrait d’un texte d’Annette André-Pillois, dite Raâk

Informations complémentaires

Poids 0,10 kg
Dimensions 21 × 30 cm